Quel est le rôle du syndic de copropriété ?

Garant du bon fonctionnement de l’immeuble, le syndic de copropriété est l’un des acteurs majeurs de la copropriété . De la sélection des prestataires à la mise en œuvre des travaux, en passant par la gestion d’éventuels litiges, ses missions font l’objet d’un contrat. Quel est son rôle ? Comment le choisir ? Est-il possible d’en changer ? Nous faisons le point ensemble.

Voir nos offres
syndic copropriété

Garant du bon fonctionnement de l’immeuble, le syndic de copropriété est l’un des acteurs majeurs de la copropriété . De la sélection des prestataires à la mise en œuvre des travaux, en passant par la gestion d’éventuels litiges, ses missions font l’objet d’un contrat. Quel est son rôle ? Comment le choisir ? Est-il possible d’en changer ? Nous faisons le point ensemble.

Voir nos offres

Le syndic de copropriété : qu’est-ce que c’est exactement ?

Désigné lors de l’Assemblée Générale (AG) des copropriétaires, le syndic de copro est élu pour un mandat de trois ans maximum. Une fois en place, il intervient en qualité de mandataire. Autrement dit, il représente les copropriétés dont il a la charge, dans les actes de leur vie civile et dans le cadre de la justice.

 

Vous pouvez faire appel à un syndic de copropriété professionnel ou bénévole. Dans le second cas, il ne sera pas tenu d’avoir une carte professionnelle, ni de présenter une garantie financière ou une assurance de responsabilité civile.

Bon à savoir

Dans le cas d’un immeuble neuf, c’est le promoteur immobilier qui choisit le syndic de copro à l’achèvement de la construction. Vous pourrez en élire un nouveau lors de la première AG.

Quel est le rôle du syndic de copro

Cet organe indispensable de la copropriété intervient à plusieurs niveaux :

  • Il convoque les copropriétaires aux Assemblées Générales ;
  • Il fait respecter le règlement intérieur et peut jouer le rôle de médiateur entre les occupants ;
  • Il veille à l’entretien des parties communes et des équipements collectifs (si l’intervention requise sort du cadre des petites réparations – la réfection de la toiture, par exemple – les copropriétaires doivent être consultés) ;
  • Il négocie, conclut et suit les contrats souscrits avec les prestataires ;
  • Il établit le budget prévisionnel de chaque exercice qu’il soumet au vote lors de l’AG ;
  • Il tient la comptabilité du syndicat des copropriétaires et règle les fournisseurs ;
  • Il veille à la salubrité de l’immeuble et doit notamment tenir à jour le carnet d’entretien de la copro ;
  • Il gère l’administration des éventuels sinistres affectant les parties communes.

Bon à savoir

Le syndic de votre immeuble a également des obligations. Il doit notamment rendre compte de sa gestion au moment de l’Assemblée Générale des copropriétaires. Lors de cette réunion, vous serez amené à approuver ou non, ses méthodes et ses actions.

Quels sont les frais de syndic en copropriété ?

En contrepartie de son activité, le syndic de copropriété reçoit des honoraires. Indiqués dans le contrat-type, mis en place avec la loi Alur, les frais de syndic sont généralement répartis en deux types :

  • Les frais liés à la gestion courante : il s’agit de l’organisation de l’AG ou de l’envoi de divers courriers. Ils font l’objet d’un forfait annuel et sont calculés selon divers critères (le nombre de lot compris dans la copro, la présence éventuelle d’un gardien, le type d’équipements à entretenir, etc.) ;
  • Les frais annexes : facturés en supplément, ils concernent le recouvrement des impayés, les interventions pour sinistre ou l’organisation d’AG supplémentaires. Ils sont calculés sur la base d’un coût au temps passé ou selon un prix convenu en amont.

Fixés lors de l’Assemblée Générale des copropriétaires, les frais de syndic sont à la charge de l’ensemble des copropriétaires et répartis en fonction des tantièmes qu’ils détiennent. Dans certains cas précis (vente d’un lot, établissement de l’état daté, etc.), ces frais seront à la charge du copropriétaire concerné.

Depuis 1986, les honoraires sont libres mais restent encadrés. Ils sont ainsi calculés en fonction des modalités prévues dans la loi et dans le contrat de syndic. Les tarifs pratiqués sont très variables, mais vous pouvez compter entre 120 et 200 euros par copropriétaire, pour le forfait annuel (environ 12 % du total des charges). Si la tendance est à leur hausse, sachez qu’il existe des possibilités pour réduire ses frais de syndic .

Quand et comment changer de syndic de copropriété ?

Vous n’êtes pas satisfait du gestionnaire de votre immeuble ? Vous trouvez que ses honoraires sont trop élevés ? Sachez qu’il est tout à fait possible de changer de syndic de copro.

 

Pour faciliter les démarches, la loi Alur de 1965 a d’ailleurs instauré la mise en concurrence des syndics. Cette procédure est obligatoire tous les trois ans. Si elle est à la charge du conseil syndical, notez que vous avez le droit, comme chacun des copropriétaires, de proposer des candidatures de syndic.

 

Certaines dérogations permettent d’annuler la mise en concurrence. C’est notamment le cas si la majorité absolue des copropriétaires souhaite renouveler le mandat de l’actuel syndic.

 

 

Indispensable à la vie de copropriété, le syndic assure l’administration et la gestion de votre immeuble. S’il dispose de larges pouvoirs, vous avez la possibilité, avec l’ensemble des copropriétaires, de changer de gestionnaire lorsque vous n’êtes pas satisfait des services rendus.

Bouygues Immobilier vous accompagne !
Conseils, actus, vidéos... tout ce qu'il faut savoir sur l'immobilier neuf, pour réussir votre projet en toute sérénité.